Les élus marseillais doivent faire leur révolution ou nous la ferons !

Quand j’ai lancé « Marseille à la loupe » en 2012, je n’avais pas de feuille de route ou d’agenda caché. J’étais juste très excité par les projets de rénovation urbaine qui s’accéléraient un peu partout dans le centre ville de Marseille à l’aube de l’année Capitale Européenne de la Culture et je désirais naïvement les relayer. Cette excitation un peu béate m’a d’ailleurs rendu suspect aux yeux des premiers abonnés de la page. Certains me soupçonnaient de vouloir mettre en avant les avancées positives de la ville pour appuyer la réélection de Jean-Claude Gaudin aux municipales de 2014. Avec le recul, cela peut sembler comique mais ce soupçon était sans doute légitime à la relecture de mes premiers posts  qui étaient effectivement très enthousiastes.

5 ans plus tard, le ton de la page a forcément changé. Je suis un néo-marseillais confirmé (6 ans et 4 mois) et j’ai eu le temps de vivre la ville dans ce qu’elle a de mieux et de pire à nous offrir. J’ai cru, j’ai espéré, j’ai été déçu, frustré, j’ai re-cru, re-espéré… A Marseille, il faut s’accrocher. Beaucoup essayent de construire quelque chose, une vie de famille, un projet professionnel, et abandonnent. Mais moi je m’arc-boute et je continue à y croire du haut de cette vie palpitante que j’ai démarrée ici, partagé entre un travail de veille citoyenne que j’accomplis à vos cotés et mon vrai travail, tout aussi passionnant, au services de causes environnementales et solidaires.

En 30 années d’existence, jamais je ne me suis passionné pour le destin d’une ville comme je me passionne pour celui de Marseille. J’aimerais tellement que cette grande métropole retienne ses talents et attire d’autres venus d’ailleurs. J’ai vu trop de personnes fatiguées s’en aller. Comme moi, elles ont vu en Marseille une ville à la fois attachante et époustouflante de beauté. Une ville que des générations d’élus, de droite comme de gauche, ont en partie abandonné, même si la critique est un peu facile et galvaudé tant les difficultés ici sont nombreuses. Mais le fait est que Marseille a été malmenée. Par clientélisme, par jeux syndicalistes, par appât du gain. Parfois juste par paresse ou par manque de vision. Et l’information qui vient de tomber selon laquelle la Ville envisagerait (enfin) de contraindre ses agents à effectuer leurs heures de travail a fini de nous achever psychologiquement. On en était là. Aujourd’hui, notre cité nous émerveille encore quand elle nous offre un coucher de soleil sur les îles du Frioul un soir d’été mais ce petit bonheur paraît bien insuffisant quand, le lendemain matin, après avoir slalomé entre les bordilles oubliées, on perd une heure de sa vie dans les bouchons pour rejoindre les Pennes-Mirabeau ou la Penne-sur-Huveaune. Ceux qui n’ont plus la patience jettent donc l’éponge et partent vivre dans des villes au fonctionnement un peu plus normal. Mais toujours avec un gros pincement au cœur mêlé de regrets.

Mais moi, optimiste face à l’impossible, j’appelle à la résistance. Marseille est aujourd’hui la ville la plus excitante de France pour imaginer des choses, se projeter, rêver, car elle est la seule à s’être tenue à distance de son véritable potentiel. Comme si elle en avait peur et qu’elle voulait se gâcher. Imaginez cette ville avec des transports en commun efficaces qui iraient du nord au sud et de l’est aux plages. Imaginez cette ville avec des avenues arborées, entretenues et bordées de pistes cyclables. Imaginez cette ville avec des écoles, des cantines, des bibliothèques et des piscines qui fonctionneraient. Imaginez cette ville quadrillée par une armée de cantonniers qui s’obstineraient à la faire briller. Imaginez, Marseille pourrait être un modèle de bien vivre en Méditerranée.

La dualité de ces sentiments, entre espoir et désespoir, a commencé à transparaître dans mes posts à partir de 2014. Une sorte de dépression post-MP2013 quand on a compris qu’ils avaient tout donné pour que le spectacle soit assuré mais que le soufflet était déjà retombé. Ma ligne éditoriale résolument optimiste est rentrée en cohabitation avec des coups de gueule souvent mérités. Au gré de ces posts, tantôt positifs, tantôt révoltés, certains me prêtent parfois des intentions. Mais je n’ai toujours pas d’agenda caché. J’applaudis quand nos élus locaux se battent pour améliorer notre quotidien et je râle quand leurs propositions ne sont pas à la hauteur des urgences qui nous sautent aux yeux. Pas de pub, pas d’attaque systématique, c’est depuis le début ma « marque de fabrique ». Je souhaite sincèrement, passionnément même, que notre ville rattrape son retard et rayonne comme elle le devrait. Je désire donc ardemment que nos élus réussissent car ce sont eux qui ont toutes les cartes en main aujourd’hui pour enclencher les chantiers stratégiques.

Ils savent par ailleurs qu’ils n’ont plus le droit à l’erreur. Nous leur avons tout donné : les mairies de secteur, la Ville, la Métropole, le Département, la Région. Comment échouer dans ces conditions ? Les Marseillais ne leur pardonneraient pas. Il leur reste donc 3 ans pour nous convaincre que leur ambition pour Marseille ne se résume pas à une simple ambition pour eux-même. Les Marseillais bouillonnent d’idées et de projets pour transformer leur ville mais ils ont besoin d’un climat local favorable pour les mener à bien. Ne les décourageons plus.

Avec vous, je compte bien poursuivre ce travail de veille sur « Marseille à la loupe » pour maintenir une pression bienveillante mais exigeante sur ceux qui détiennent aujourd’hui les clés de notre mieux-vivre. Et nous jugerons dans 3 ans, à l’approche des élections, si ces clés ont été bien utilisées ou si elles doivent changer de mains. A eux de faire leur propre révolution avant que les citoyens marseillais ne la fassent eux-même pour réveiller celle dont on dira un jour qu’elle était la « belle endormie ».

Publicités

25 réflexions sur “Les élus marseillais doivent faire leur révolution ou nous la ferons !

  1. Alain Dal Molin

    Un vrai plaisir de vous lire. Et tellement vrai. Je partage cette même passion de néo-marseillais (peut-on toujours dire néo après presque vingt ans, mais bon…). J’oscille sans arrêt entre colère, incompréhension, écoeurement, émerveillement et même euphorie lors de moments de féerie tellement cette ville est belle.
    Je crois que vous avez tout dit sur les sentiments que nous partageons tous, aussi multiples et extrêmes que peut l’être notre Marseille. On prend quelques jours de congés pour s’en éloigner et respirer, on rentre au ‘pays’ (Toulouse) et on est heureux voire excessivement jubilatoire à la vue d’une ville qui fonctionne, et soudain (c’est là que les choses n’ont jamais changé depuis vingt ans maintenant), on entend une petite voix qui vous dit: Marseille… Tu me manques. Et on tombe à nouveau amoureux dès que le train sort du tunnel et que cette baie et sa lumière vous sautent en pleine gueule. Welcome back. L’aventure reprend.

    Aimé par 1 personne

  2. Propreté de la plage des Catalans =Je vais de temps à autres à la Plage des Catalans et j’ai constaté l’effroyable saleté du sable :’Cotons tiges , papiers de polos glacés , papiers divers, plastiques , cigarettes , verres cassés et coupants, papiers de frites , etc ….etc’.. Vous pouvez aller le constater par vous-même.
    J’ai rencontré des touristes Américains et Anglais qui venaient prendre le bain aux Catalans et ils se sont plaints auprès de moi ( me trouvant là par pur hasard), de la saleté du sable. Je dois reconnaître que comme eux j’ai décidé de ne plus me baigner sur Marseille à la vue de cette situation. Et tous les efforts pour développer une bonne image de Marseille se trouvent anéantis. J’ai finalement décidé de t’adresser ce courriel.
    Pourtant il y a des solutions , comme d’utiliser la machine ad’ hoc comme dans les autres plages PACA et du monde. Il suffit de tamiser le sable assez souvent dans la semaine afin d’avoir un sable propre et de détruire ces déchets. Ce ne sont pas tous les marseillais qui sont des pollueurs mais , 20% seulement d’imbéciles qui nuisent à la majorité , c’est ainsi dans le monde entier, donc il faut agir pour rendre propre cette plage me semble-t-il. La vérité est sans pitié, elle ne peut être enfermée , elle nous oblige d’agir.

    Je vous remercie de l’attention bienveillante que vous porterez aux informations que je vous communique.

    J'aime

    1. Lionel

      Je suis a 200% d’accord,
      la plage était tamisée tous les jours en 1990 lorsque l’entrée était à 3 francs.
      Il faudrait vraiment remettre cette pratique au gout du jour!
      On imagine facilement un emploi d’étudiant ou un travail d’intérêt général!

      Ce qui est navrant,
      c’est qu’on arrive pas à un juste milieu,
      entre la privatisation 5 étoiles,
      ou la plage à l’abandon….

      Je pense que les gens seraient heureux de payer 1 ou 2 euros l’entrée
      si le plage était tamisée et que les toilettes étaient propres!

      Et pourtant on paye beaucoup d’impôts locaux…

      Pensons un peu moins aux gros investissements
      et à leurs potentiels retombées sur la ville…

      Pensons un peu plus au confort des habitants,
      Cela servira aussi à redorer le blason de la ville par rapport aux touristes

      J'aime

    2. Merci pour votre commentaire mais je ne peux malheureusement pas faire grand chose. Seule la mairie de secteur peut agir pour améliorer la propreté en faisant le lien avec la Ville et la Métropole. Vous avez essayé de contacter les services de Madame Bernasconi ?

      J'aime

  3. GAILLOT Monique

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Quand on aime Marseille on l’aime et on ne la quitte pas. On essaie de faire en sorte que les choses deviennent « normales ». Ce n’est pas sans mal, mais on se bat. Tu as une chance par rapport à nous les « anciens », les réseaux sociaux !!! Eh oui ! à voir les innombrables commentaires sur ta page, c’est comme çà mais, en construisant, que les choses finiront par changer. Ils savent qu’avec cet « outil » rien ne nous échappe. A lors, fonçons. Et vous, les jeunes, on compte sur vous. Tous pour Marseille 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. FEAT Paulette

    Merci pour cet engagement.Je vous suis depuis plusieurs années var je m’insurge chaque jour de ce que je vois, de ce que je vis au quotidien, pour ne citer que la malpropreté de cette ville !!! Il y a encore fort à faire avant d’arriver à un résultat positif global. Mais on dir que l’espoir fait vivre . Alors espérons mais agissons aussi.!!

    Aimé par 1 personne

  5. Choirat

    Bonjour !
    Notre belle ville a bien besoin d’une personne telle que vous, je vous suis depuis pas mal de temps et tout ce que vous partagez me parle toujours. Par vos interventions toujours judicieuses, on voit bien que vous aimez Marseille, vous êtes un vrai Marseillais de cœur.
    C’est vrai que de belle choses sont faites à Marseille, mais beaucoup d’autres seraient à faire aussi, et beaucoup laissent grandement à désirer.
    Pour cela, il faut absolument que nos élus réagissent et sortent de ce système dans lequel ils sont englués depuis des décennies, et aussi que celles et ceux qui seront élus dans 3 ans aient la volonté et le courage de s’affranchir de ce fichu système qui gangrène Marseille.
    Grâce à vous, grâce aux réseaux sociaux, cela peut changer, il faut y croire….
    Continuez et Merci à vous.
    Marie-Hélène

    Aimé par 1 personne

  6. Bravo pour cet engagement !!!.Moi aussi je vis ici depuis 12 ans et je suis triste de voir la saleté et les odeurs .Et les plages sales quelle tristesse .Parfois j’ai l’impression que les restaurateurs de la plage de la pointe rouge ne savent que prendre de la place sur le sable pour gagner de l’argent mais que font ils pour la propreté rien du tout . A 11h du matin un lundi vous avez 2 toilettes sales sur 3 et personne n’a l’air de trouver cela anormal .Quel dommage c’est vrai que Marseille a un potentiel .Personnellement je vois Marseille comme au temps de Pagnol et cela me dérange que cette ville ne soit pas bichonnée à sa juste valeur .
    Merci pour votre veille attentive .Vous êtes un Marseillais qui aime sa ville .

    Aimé par 1 personne

    1. Elle mérite en effet d’être bichonnée à sa juste valeur ! Je pense que les élus locaux commencent à réaliser que notre niveau d’exigence vis-à-vis de leur travail monte et que nous n’hésiterons pas à donner leur chance à d’autres personnes s’ils ne sont pas à la hauteur de leur mission. Qui sait, ces 3 prochaines années seront peut-être utiles ?

      J'aime

  7. MICHEL MARGHERITI

    Bonsoir Mathieu que d irai je de plus que ce que tu as dit , je suis Marseillais depuis 57 ans date ou je suis né ici dans ma ville que j aime , que je respire qui est en moi , je te félicite de ta passion et de ta persévérance , mais cette ville en vaut le coup , par sa beauté , mais surtout par sa population qui est selon un grand auteur dont j ai oubliai le nom qui disait que son plus grand monument etait sa population et c’est tellement vrai aussi bien positivement que négativement Blaise Cendrars disait « Marseille est une ville selon mon cœur. C’est aujourd’hui la seule des capitales antiques qui ne vous écrase pas avec les monuments de son passé. Elle a l’air bon enfant et rigolarde. Elle est sale et mal foutue. Mais c’est néanmoins une des villes les plus mystérieuses du monde et des plus difficiles à déchiffrer. » il a tellement raison d’ailleurs le touriste a du mal a tout comprendre ou il aime alors a la folie ou il déteste au choix , pour moi Marseille n est pas une ville Francaise mais une ville en France une planete a elle toute seule , oui elle m énerve profondément oui elle me me ravie aussi , il y- a tant de chose a faire encore mais c’est surement la ville qui a le plus gros potentiel de France l avenir est ici et pas ailleurs ce qui soit disant fait les faiblesses de Marseille fera ses forces , sa diversité , sa multiculturalité , ici nous vivons ensemble pas toujours au mieux , mais bien mieux qu’ailleurs , quelle ville fascine autant positivement ou négativement que Marseille aucune autre et de plus , cette ville est posée au centre de la mer Mediterranée la mer des civilisations et dans le merveilleux pays de Provence que des atouts qui font et ferons de Marseille l endroit ou il faut etre , si nous n avions pas une capitale sangsue qui absorbe toutes les énergies vives de ce pays ( le seul pays d Europe ou l on voit ça) Marseille aurait surement la meme Place qu une Barcelone ou autre ville , bravo Mathieu compte sur le soutiens de Marseillais comme moi qui aime ca ville mais qui reste vigilant pas pret a tout accepter .

    Aimé par 1 personne

  8. On continue le combat, bien entendu ! Marseille a le plus grand potentiel de France et peut encore décider de son avenir. Les autres grands villes de France ont achevé leur mutation et leur entrée dans le XXIeme siècle. Marseille, elle, commence à peine sa métamorphose. Et c’est tellement excitant et plein d’espoir. Keep the fight, Mat. Tu ne seras plus jamais seul. Que cela soit sur des sujets comme la propreté, l’urbanisme ou, davantage mon domaine, l’entreprenariat.

    Aimé par 1 personne

  9. Catherine MARCHIO

    « Nous leur avons tout donné : les mairies de secteur, la Ville, la Métropole, le Département, la Région. »
    Pas sûre d’avoir fait le même choix…
    Cette ville pour s’embellir a dû et doit encore croit-elle chasser les autochtones du CV, ce qui fait pourtant sa singularité et dont je suis, et c’est un lourd tribut humain à payer, il conviendrait de ne pas l’oublier, ou mieux, d’y penser ?
    C’est peut-être la seule restriction que j’ai à écouter les néo-ambitieux pour son « enveloppe ».
    L’âme de Marseille, comme il a été dit plus haut participe de son mystère, de sa complexité. Que sera(it) Marseille sans « ses » Marseillais, sinon une pâle copie de ce qui se fait ailleurs ?…
    C’est pourquoi, à chaque embellissement, mon cœur se serre devant à la fois tant de beauté, si évidente, si éclatante dans son écrin originel qui l’attendait, et édifié sur tant de misère sous-jacente… Hélas ! et heureusement, la « gentrification » est impossible à Marseille, d’après nombre de sociologues… d’où son unicité.
    Quant à la crasse ambiante, ancestrale elle n’est que le fruit du non-respect, du mépris réciproque de populations encore plus méprisées, délaissées qui survivent elles-mêmes dans la laideur et n’ont que ça d’horizon. Pourquoi prendraient-elles soin de l’espace collectif alors que leur espace intime est dégradé, dégradant, et ce dans la plus grande indifférence ?
    Ce n’est ni le nombre de cantonniers et/ou de passages qui viendra à bout de cette crasse endémique !
    Pour nettoyer Marseille en profondeur, il y a tant à « nettoyer » d’abord, ensemble, et je rêve pour ma Ville de cette vague de fond pour le bien de tous, en toute humanité. Sans cela, les façades ne resteront que ce qu’elles sont, érodées de plus par le vent marin…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s