Marseille est-elle en train de devenir cool la nuit ?

A une époque, on disait qu’une partie des Marseillais fuyait vers d’autres horizons pour s’amuser : Aix-en-Provence, Montpellier, Barcelone… Et ceux qui restaient ne voyaient pas beaucoup de fêtards venus d’ailleurs débarquer. On aurait pu se dire que ce n’était pas si grave si l’attractivité nocturne d’une grande ville ne contribuait pas autant à l’image qu’elle renvoie, notamment auprès des étudiants et des jeunes actifs.

Mais 2013 est passé par là et ceux qui vivent à Marseille depuis cette année capitale sentent bien que la ville est à un tournant historique. Les lieux de sortie originaux se multiplient et, étonnamment pour les sceptiques, les gens viennent de plus en plus loin pour en profiter.

Aix-Marseille, changement de cap

A l’échelle de la métropole, la tendance s’est déjà progressivement inversée. Les Aixois qui avaient l’habitude de prêter refuge aux noctambules marseillais en quête de lieux branchés se plaignent aujourd’hui du calme des nuits aixoises et descendent de plus en plus nombreux à Marseille pour profiter de ses soirées perchées sur les toits ou en bord de mer. Cette inversion des choses est plus que symbolique : elle est révolutionnaire pour Marseille qui continue malgré tout de traîner sa mauvaise réputation.

Un handicap : les transports et la saleté

Il faut dire que tous les problèmes n’ont pas été réglés. Loin de là. Le centre-ville, qui n’est presque jamais nettoyé en fin d’après-midi, reste désespérément sale le soir. Les transports en commun sont encore très insuffisants et il faudra attendre au moins 2030 pour entrevoir une amélioration significative avec l’extension des réseaux de tramway et de métro prévue par la Métropole. En attendant, l’obsession des Marseillais va continuer d’être le stationnement (plus ou moins anarchique). Toutes ces problématiques ont été largement analysées dans le « Regards de l’Agam » n°56 auquel j’ai modestement participé. J’avais auparavant proposé sur le blog du collectif Marseille Mission Possible des pistes de piétonnisation pour rendre la vie nocturne marseillaise plus lisible avec un axe fort Saint-Victor > Vieux-Port > Opéra > Cours Julien > La Plaine.

Une liste de lieux qui s’allonge

Mais voilà, on peut être frustré par toutes ces lenteurs, être en colère même à juste titre, il n’en reste pas moins vrai que Marseille se réveille le soir et émerveille. L’émergence de nouveaux lieux originaux comme le toit-terrasse de la Friche de la Belle de Mai et le Rooftop des Terrasses du Port attire de nombreux noctambules. Et après 3 années d’existence, le succès ne se dément pas. Il faut dire que l’offre est complémentaire. Le premier plaît aux bobos des 4ème et 5ème arrondissements quand le second attire la jeunesse dorée autrefois repliée dans les quartiers sud. Par ailleurs, l’ouverture de nouveaux lieux de vie que les Marseillais ne sont pas encore habitués à fréquenter, comme le village des Docks ou les Voûtes de la Major, oblige les investisseurs à redoubler d’imagination pour attirer les fêtards, avec la multiplication de soirées à thème.

Cette énergie est palpable et contagieuse. Elle donne l’envie à d’autres de se lancer, de tester, d’innover. On voit ainsi apparaître de jolies surprises comme le Chapiteau à la Belle de Mai ou le nouveau toit-terrasse de Sard’In vers le Vieux-Port. Et enfin il y a les soirées en mer ou en bord de mer que Marseille aurait dû multiplier depuis longtemps car c’est son atout majeur : elle est la seule grande ville en France (avec Nice dans une moindre mesure) à pouvoir le faire. Bonne nouvelle, les propositions se multiplient avec les Boat Dream Parties et les apéros du Rowing Club et du Petit Pavillon.

De nouveaux lieux « LGBT » ouvrent aussi dans cette ville dont on dit qu’elle n’est pas très gay-friendly. Des bars comme le Pulse au Cours Julien ou l’Annexe aux Réformés ont fait leur apparition. Il faudra juger dans la durée s’ils parviennent à survivre dans le paysage marseillais. Les soirées en mer organisées par le Play Bar ont en tout cas rencontré un très bon accueil.

Une dynamique à amplifier

Cette ébullition bouleverse donc la vie nocturne de notre cité. La Plaine, le Vieux-Port et l’Escale Borély restent des quartiers de prédilection, pour sortir mais ils sont désormais concurrencés par Saint-Victor, la Joliette et la Belle de Mai. Cette relative concurrence est compensée par le fait que les Marseillais restent davantage à Marseille et que les Aixois les y retrouvent désormais plus volontiers. En fait, la « demande » croît au fur et à mesure que l’offre s’étoffe. Et la marge de croissance est immense car – nous le savions déjà – Marseille propose un cadre naturel enchanteur pour sortir. Un cadre avec lequel peu de villes européennes peuvent rivaliser… Au final, il peut y avoir des lieux de fête pour tous, populaire ou bling bling, underground ou bobo, mais tous ont le mérite d’exister et de répondre aux attentes d’un type de public.

Cette dynamique positive est en tout cas un bon indicateur du très grand potentiel festif de la ville et surtout de la volonté de plus en plus grande des acteurs privés locaux de le développer. Aux élus locaux maintenant d’accompagner cette tendance en accélérant les projets de transports en commun rapides et en assurant un service de propreté à la hauteur des enjeux. Sans perdre de temps pour une fois.


Panorama des lieux qui font vibrer Marseille

Le Rooftop des Terrasses du Port

R2 Rooftop Terrasses du Port

Les soirées On Air à la Friche

Friche Belle de Mai 52

Les drunches aux Halles de la Major

Drunches des Halles de la Major

Le Afterdocks du Village des Docks

Afterdocks

Le Sport Beach

Sport Beach

Les Apéros Sunset du Rowing Club

Apéros Sunset du Rowing Club

Les Apéros Mix de Sard’in

Apéros Mix Sard'in_Roxane RINALDO

Les fiestas du Petit Pavillon

Fiestas du Petit Pavillon

Les soirées Borderline au Musée Regards de Provence

Soirée Suivez notre regard

Les soirées du Chapiteau à la Belle de Mai

Le Chapiteau de la Belle de Mai

Les Spring Breaks de l’InterContinental

Spring Break à l'InterContinental 2

Les soirées Plan B du MuCEM

MuCEM Plan B

Les mercredis du Palm Beach

Les Mercredis du Palm Beach

Les Apéros Sunset du Sofitel

Apéros Sunset du Sofitel

Les Apéros du Quai du 7ème

Apéros du Quai du 7ème

Les Boat Dream Parties

Boat Dream Party

Les Apéros du Bateau

Les Apéros du Bateau

Le Play Boat

Play Boat

 

Publicités

21 réflexions sur “Marseille est-elle en train de devenir cool la nuit ?

  1. Eli

    l’âge moyen bienvenu dans ces différentes fiestas serait une bonne indication pour les quadras, quinquas, sextas, septimas qui hésitent à tenter ces sorties de peur de se trouver uniquement entouré de post ados avec de la musique techno ou rap à fond…

    J'aime

    1. Bonjour, ce serait effectivement un critère intéressant à connaître mais je n’ai malheureusement pas été dans la totalité de ces lieux et je n’ai aucune statistique à ma disposition. Les soirées au Sofitel et à l’InterContinental doivent attirer des personnes un peu plus âgées mais ce n’est pas accessible à n’importe quel portefeuille. Les Terrasses du Port attirent principalement des jeunes. En revanche, les soirées de la Friche de la Belle de Mai ont un public assez diversifié. Il y a beaucoup de parents avec des enfants.

      J'aime

    2. Catherine MARCHIO

      Tout à fait d’accord. Moi, j’apprécie ces musiques quand elles sont de qualité, mais moins de me retrouver la seule quinqua égarée… Finalement, on prend plutôt un coup de vieux, ou un « coup de bambou », ou un « bain de marmots », selon le lieu !…

      J'aime

      1. Nicolas Swaton

        On prend l’apéritif à bord d’un de nos bus à impériale tout en se baladant dans Marseille pour faire découvrir notre service touristique ouvert aussi aux Marseillais, ainsi que la ville sous un angle différent, à 4 mètres de hauteur. Ambiance festive et Musicale, mélange des générations. Durée approx 1h30, depart rd-p du Prado. Envoyez-moi votre 06 par mp sur notre page facebook @Colorbüsmarseille poye que je vous adresse l’invitation.
        Connaissez-vous nos Colorbüs ?

        J'aime

  2. Jean-Alain Guieu

    Bonjour,

    Votre article est une analyse intéressante de la vie nocturne marseillaise en 2017, mais pour le coup vous n’avez pas pris le bon recule avec votre loupe, et si votre article aurait pu s’appeler: « Marseille est-elle entrain de re-devevenir cool la nuit? », je vous pose la question quand Marseille n’a-t-elle pas était cool la nuit?

    J’ai 57 ans j’ai du commencer à fréquenter la vie nocturne marseillaise à 16 ans, et je peux vous dire qu’elle ne s’est jamais arrêté d’être joyeuse, et animée. Prenez plus de recule avec votre loupe, vous serez agréablement surpris.

    Alors dites plutôt qu’elle a toujours su s’adapter aux envies du moment, pour être toujours un peu plus festive.

    J'aime

    1. Mon analyse manque sans aucun doute du recul nécessaire car je ne vis à Marseille que depuis 6 ans et des poussières. Je compare donc la situation actuelle avec la situation dans laquelle je l’avais trouvée en 2011. Il me semble que quelque chose est en train de se passer. Mais mea culpa si cette analyse est erronée par rapport au Marseille d’il y a 10, 20 ou 30 ans !

      J'aime

    2. Kevin Dunerf

      En ayant habité et côtoyé la vie nocturne d’une bonne dizaine de villes en France et en Europe, je peux vous assurer qu’elle accuse un retard considérable en terme d’offre et de variété. C’est un constat que je fais par comparaison, c’est objectif. Je n’ai pas trouvé à Marseille toute la diversité, en n’allant même pas très loin, que j’ai pu trouver à Lyon ou à Lisbonne par exemple.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s